Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2011-08-06T07:23:00+02:00

Caractère : peut-on devenir optimiste ?

Publié par Rosy

Psychologie - Psycho

 

Ne pas reculer devant une situation difficile, mais la considérer comme un défi à relever : un trait de caractère que nous envions tous. On le croit inné. Bonne nouvelle, il s’acquiert.

Jacques Lecomte

Pendant deux ans, il n’a pensé qu’à elle. " Elle ", c’est la Coupe du monde, qu’Aimé Jacquet a fièrement brandie, en juillet 1998 au Stade de France. Dans les mois qui ont précédé la compétition, alors que les journalistes sportifs critiquaient systématiquement ses choix techniques, lui se sentait satisfait du travail accompli. " Je m’étais donné tous les moyens pour aller à la réussite. " Mieux : convaincu de la valeur de son équipe dès le championnat d’Europe en 1996, il annonce à Claude Simonet, président de la Fédération française de football : " On gagnera la Coupe du monde ! "

L’échec les stimule

Comment comprendre un tel optimisme alors que les défaitistes étaient légion ? Selon Martin Seligman, professeur de psychologie à l’université de Pennsylvanie, optimistes et pessimistes ont des manières très différentes d’aborder l’existence.
L’optimiste a tendance à considérer que les malheurs sont temporaires et les bonheurs durables ; qu’un échec ne concerne que le domaine précis où il est apparu, alors qu’une réussite personnelle peut être extrapolée à d’autres situations. Le pessimiste, lui, réagit de manière exactement contraire. Exemples : après avoir réalisé un tableau de qualité, le peintre amateur pessimiste se dira qu’il a fait de son mieux aujourd’hui ; l’optimiste, qu’il est doué… Après avoir dit une ineptie devant son chef, l’employé optimiste pensera qu’" il " le trouve stupide ; le pessimiste, qu’" on " le trouve stupide.

Première conclusion : l’optimiste ne se laisse pas vaincre par l’échec. Au contraire, il considère les situations difficiles comme autant de défis à relever, d’incitations à se surpasser. Bien entendu, il peut se trouver ébranlé, mais cela ne dure pas : il se relève pour repartir à l’attaque. A l’inverse, le pessimiste se caractérise par ce que Seligman appelle l’" impuissance acquise " : il a le sentiment que ses actions ne peuvent pas véritablement influer sur son sort. Quand les difficultés surviennent, il préfère abandonner que se lancer dans une lutte inutile et décevante.

Révélatrices, des expériences menées avec des sportifs : par exemple, au cours d’un entraînement, un nageur réalise un parcours dans un temps tout à fait honorable. Volontairement, son entraîneur lui annonce un temps plus long, puis lui demande de recommencer le même parcours pour retrouver son niveau habituel. Résultat : les optimistes, stimulés par l’échec, ont amélioré leur performance ; les pessimistes, découragés, ont nagé moins vite que la première fois.

Ils réussissent mieux

Afin de tester sa théorie, Martin Seligman a mis au point un questionnaire destiné à évaluer le degré d’optimisme ou de pessimisme des gens. Ainsi a-t-il comparé les résultats de deux cents vendeurs de polices d’assurance sur une période de deux ans. Constat : les optimistes ont réalisé un tiers de contrats de plus que leurs collègues pessimistes. Les plus optimistes ont même décroché deux fois plus de contrats que les plus pessimistes.

Seligman et ses étudiants ont aussi épluché les rubriques sportives des journaux. Ils ont établi un profil psychologique des joueurs, ont repéré les plus optimistes, puis en ont tiré des prévisions sur les résultats des matches à venir. Celles-ci se sont révélées exactes dans une proportion supérieure à la moyenne.

Le chercheur a réalisé la même expérience avec les discours d’hommes politiques. Il a ainsi prédit la victoire de George Bush à l’élection présidentielle américaine de 1989, alors que son adversaire Dukakis était donné vainqueur par les sondages.
A rapprocher des présidentielles françaises de 1995, quand tous les journalistes s’étonnaient de l’entêtement de Jacques Chirac à manifester un optimisme irréaliste pendant qu’Edouard Balladur surfait sur les sondages…

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog